pixel facebook

La boulangerie offre la possibilité de s’ouvrir à l’international, une tendance récente dont les exemples se multiplient, grâce à l’intérêt croissant de nombreux pays extra-européens pour le pain français, qui découvrent d’autres formes de gastronomie en même temps qu’ils se développent économiquement. L’un des objectifs principaux d’une reconversion pro en boulangerie après avoir validé un CAP Boulangerie étant souvent le souhait de se mettre à son compte, n’hésitez pas à suivre nos conseils pour devenir boulanger à l’étranger.

Ouvrir une boulangerie à l’international : retour d’expérience d’Eric Kayser

Ainsi Eric Kayser, fils de boulanger à Lure, en Haute-Saône, a-t-il conquis non seulement Paris et la France, mais encore New York, Séoul, Tokyo et le monde. L’invention d’un procédé permettant de maintenir une pâte au levain à température constante (le « fermento-levain », inventé avec Patrick Castagna), et ainsi faciliter sa mise en œuvre, lui a permis de pérenniser la fabrication d’un pain au levain naturel. Un sens hors pair de la commercialisation et des affaires, joint à sa compétence et à son talent de boulanger, l’a mis à la tête de 1500 personnes, travaillant dans 22 pays différents.

Eric Kayser a également su développer l’offre de nourriture sur le pouce, typiquement vendue au déjeuner : « mange vite, oui, mais bien ! » ; « on achète avec les yeux, on revient pour le goût ».

Il propose dans ses boutiques un vaste choix de sandwichs, salades, plats consommables à emporter ou sur place, grâce aux quelques tables qui y sont disposées.

Un secteur de plus en plus international

L‘internationalisation de la boulangerie n’a pas pour autant marqué une perte de qualité, bien au contraire. Il est en effet essentiel, selon Eric Kayser de préserver une structure à taille humaine, souple et créative, défendant les valeurs artisanales avant tout. C’est en préservant la qualité d’un artisanat à la française que l’exportation peut se faire avec un tel succès.

Le chiffre d’affaires de l’entreprise Eric Kayser s’élevait en 2013, selon les magazines Capital et Entreprendre, à plus de 100 millions d’euros par an, un chiffre qui avait triplé en 2016, pour atteindre les 273 millions d’euros (source : agraalimentation.fr).

Cet exemple doit vous permettre de prendre confiance en vous et en votre projet pour tenter votre chance dans le secteur de la boulangerie à l’international.