pixel facebook

Exporter la cuisine française à l’étranger : un vrai succès

Depuis bientôt 10 ans, le « repas gastronomique des Français » a été inscrit par l’Unesco au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Une grande première ! La cuisine française est l’une des plus réputées dans le monde et l’exportation de la cuisine française s’envole aujourd’hui plus que jamais. Penchons nous sur le succès de la cuisine française à l’étranger et sur quelques exemples inspirants !

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

La gastronomie française, gage de réussite à l’international

La maîtrise de la cuisine française, ou du moins de certains plats, est considérée par les chefs du monde entier comme un gage de qualité et même d’excellence. C’est aussi le cas pour l’usage de produits authentiquement français (vins, fromages, foie gras…). Les chefs étrangers ont, pour beaucoup, étudié notre gastronomie dans l’une des nombreuses écoles de cuisine française, à Paris ou dans leurs antennes à l’étranger.

Les restaurants français à l’étranger sont quant à eux souvent considérés comme les plus raffinés, et de ce fait les plus loués et les plus coûteux. Or ces restaurants sont généralement possédés et tenus par des Français, qui recrutent tout ou partie du personnel parmi des Français. Ce sont de belles opportunités professionnelles qui s’ouvrent après votre reconversion en cuisine !

Si la plupart des grands chefs ont des antennes à l’étranger (Joël Robuchon et Alain Ducasse notamment), les ambassadeurs les plus puissants de la gastronomie française à l’international ne sont pas toujours les plus connus.

Quelques cas concrets de cuisiniers ayant réussi à l’étranger

Ainsi Daniel Boulud et Jean-Georges Vongerichten à New York, ont fait fortune dans la restauration, avec respectivement 32 et 10 restaurants. Ils sont situés à New York, Palm Beach, Miami, Pékin ou Singapour pour le premier. Et en Thaïlande, à Hong Kong et Singapour pour le second. On peut encore citer Eric Ripert à New York, propriétaire du célèbre restaurant new yorkais de poissons Le Bernardin. Il anime également l’émission « Avec Eric », suivie par 3 millions de téléspectateurs chaque semaine et a même fait une apparition dans la série de HBO Treme. Quant à Alain Caron, à Amsterdam, figure charismatique de l’émission « Masterchef » aux Pays-Bas, il est devenu une star du petit écran. Une véritable source d’inspiration pour celles et ceux qui ont pour projet d’ouvrir leur propre restaurant à l’étranger !

Le cas de la boulangerie-pâtisserie française à l’étranger

Témoin de cet engouement pour la cuisine française dans son ensemble : la demande toujours croissante de boulangerie-pâtisserie française à l’étranger. Amérique du Sud, Asie, Etats-Unis, Australie … Tous les continents s’ouvrent à la gastronomie française ! Une cuisine auparavant inconnue de certains d’entre eux, mais désormais objet de convoitise, et accessible grâce au progrès économique et à la mondialisation.

Quelques cas concrets de boulangers-pâtissiers ayant réussi à l’étranger :

  • le groupe Holder, par exemple, avec son enseigne Paul,
  • le boulanger-pâtissier Eric Kayser (une centaine de boutiques dans vingt pays),
  • Rodolphe Landemaine (onze boutiques à Paris et une à Asnières, et au Japon l’école Levain d’antan, implantée au cœur de Tokyo, ainsi qu’une autre boutique à Tokyo),
  • les frères Benaïssa, qui, après avoir travaillé douze ans dans la restauration chez Accor, ont repris des études de pâtisserie avant de monter l’entreprise Vendôme Paris, premier réseau de boulangerie française aux Emirats arabes unis (quatre boutiques actuellement).

Qui sont ceux qui tentent l’aventure de l’expatriation ?

Le nombre de français s’expatriant est de plus en plus important depuis 20 ans. Une grande majorité d’entre eux ont entre 18 et 29 ans et sont donc généralement en début de carrière. Ce qui motive les départs à l’étranger de ces français ? Le chômage et l’absence de perspective dans l’hexagone.

Dans un secteur comme celui de la cuisine, la maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères ainsi qu’une expérience à l’international, sont recherchées par les employeurs. En effet, le secteur des métiers de bouche est intimement lié à celui du tourisme.

Cette tendance à l’expatriation concerne tous les types de salariés et donc également les métiers de bouche. Pour preuve, les très réputés Meilleurs Ouvriers de France (MOF) ont désormais eux aussi leur association internationale. D’ailleurs, 500 d’entre eux ont fait le choix de s’installer à l’étranger. Outre l’intérêt de l’expérience en elle-même, et la recherche de débouchés plus nombreux qu’en France, les salaires et les possibilités de progression peuvent aussi être plus attrayants.

Et vous, avez-vous pour projet de devenir cuisinier à l’étranger ? Vous l’avez compris c’est une option à envisager si vous avez la possibilité d’être mobile. Votre diplôme de cuisine français sera reconnu à l’étranger et de belles opportunités peuvent s’y créer. Mais d’abord il va vous falloir valider votre cursus et obtenir le CAP !