pixel facebook

Quel métier exercer avec un CAP Cuisine ?

Découvrez l’ensembles des débouchés possibles après votre diplôme.

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Les métiers de la cuisine

Les métiers de la cuisine vous attirent ? Découvrez toutes les possibilités professionnelles qui s’offrent à vous après avoir validé un CAP Cuisine avec YouSchool.

Commis de cuisine

Cuisinier

Chef de partie

Cuisinier de collectivité

Traiteur

Chef à domicile

Pizzaïolo

Styliste culinaire

À SAVOIR

Après quelques années d’expérience en poste et après avoir gravis les échelons, les titulaires d’un CAP Cuisine peuvent prétendre à des postes de directeur de restaurant ou de gérant de restauration collective.

Il existe également des métiers que l’obtention d’un CAP Cuisine permet d’exercer mais qui ne sont pas directement des métiers de la restauration. Par exemple, le métier de styliste culinaire consiste à mettre en valeur les recettes à photographier.

Certains métiers nécessitent le CAP comme base de formation mais ce diplôme n’est pas nécessaire pour les exercer. Prenons pour exemple des fonctions qui font rêver comme Critique gastronomique ou encore Chef de cuisine !

Enfin, si vous voulez des conseils pour créer un réseau, consultez notre article sur comment se faire connaître dans le secteur de la cuisine.

Le secteur de la cuisine recrute, formez-vous !

Le CAP cuisine adulte peut vous mener à des métiers très divers, de la préparation des repas au service, de la vente à emporter au restaurant trois étoiles, du statut de salarié à celui de chef d’entreprise. Trouver un métier n’est en tout cas pas un problème lorsque l’on valide un CAP Cuisine. En effet, le métier de cuisinier est l’un des emplois les plus recherchés en France, et le secteur ne cesse de se développer. Autant dire que le chômage n’est pas en vue pour ce domaine d’activité ! Une bonne raison de plus de se former à la cuisine en tant qu’adulte !

CHIFFRES CLÉS

  • 147 000 entreprises dans le secteur de la cuisine
  • 42,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires
  • 531 000 salariés

Source : UMIH

  • « Avec un simple CAP de bonne facture et la « gnaque » dans un bon restaurant, on peut viser haut : devenir chef d’entreprise », représentant de fédération et restaurateur indépendant
  • 61% des Français, 71% des salariés du secteur et 78% des patrons d’établissement considèrent que la restauration est un « secteur dans lequel on peut vite progresser »
  • 92% des salariés du secteur sont aujourd’hui satisfaits de leur métier et 71% se sentent optimistes pour leur avenir professionnel

Source : Etude d’image « Regards Croisés sur la restauration », réalisée par TNS Sofres en mai 2010

quel metier exercer dans la cuisine

LE SECTEUR DE LA GASTRONOMIE

Choisir d’obtenir un CAP Cuisine, c’est choisir d’apprendre des techniques culinaires et d’acquérir un savoir-faire que le monde entier nous envie. La cuisine française tient sa renommée mondiale de l’excellence de ses cuisiniers et de leurs créations d’exception qui se retrouvent dans tous les plus grands restaurants du monde.
Obtenir le CAP Cuisine adulte de YouSchool est la seule garantie d’une reconnaissance prestigieuse de vos savoir-faire culinaires en France comme à l’international.

Une évolution rapide

Le secteur est réputé pour favoriser l’ascension sociale : promotion interne, postes à pourvoir à l’international, création ou reprise d’un établissement sont courants parmi les employés du secteur. (source : UMIH)
La motivation et le travail y sont récompensés et c’est une bonne nouvelle pour vous ! Alors si vous êtes décidé et ambitieux, ce secteur d’activité est fait pour vous.

La recette d’un emploi assuré

Avec pas moins de 14 000 postes de cuisiniers proposés chaque année en France, autant dire que les opportunités d’embauches sont extrêmement nombreuses dans le secteur. L’insertion professionnelle y est effectivement des plus rapides.

Les qualités requises pour travailler dans le secteur de la cuisine

ÊTRE PASSIONNÉ PAR LA CUISINE

La première chose est la passion de la cuisine et de la restauration en général. Comme toutes les reconversions professionnelles qui s’effectuent souvent au prix d’une diminution au moins temporaire du niveau de vie, la reconversion dans le domaine de la cuisine ne peut reposer sur une motivation tiède. Que l’on veuille monter son propre restaurant ou une boutique d’artisan-traiteur, être cuisinier ou faire le service, le chemin sera aussi passionnant que exigeant. Exigeant aussi bien en termes d’efforts, de confort de vie que, dans certains cas, d’investissement financier. Aussi faut-il avoir la passion de son nouveau métier chevillée au corps, pour être à même de surmonter les embûches et de réussir son projet après une formation en cuisine pour adulte.

AVOIR UNE EXCELLENTE CONDITION PHYSIQUE

Le professionnel de la cuisine doit ensuite impérativement avoir une bonne forme physique.

La vie en cuisine exige :

  • d’être très souvent debout,
  • de porter de nombreux ustensiles comme des casseroles et des plats,
  • d’éplucher et de couper des fruits, des légumes ou tout autre aliment,
  • d’avoir des horaires parfois très décalés, impliquant à la fois de se lever tôt au petit matin et de se coucher tard.

ÊTRE DISPONIBLE

Il doit conjointement avoir une grande disponibilité, car l’amplitude horaire, dans les métiers de la restauration, est très importante. Elle l’est encore plus si l’on décide d’ouvrir son propre restaurant. Cela implique de consacrer du temps non seulement à la préparation des plats et au service, mais aussi à la recherche de fournisseurs, à la diffusion sur les réseaux sociaux, à la décoration et au marketing.

AVOIR LE GOÛT DU CONTACT ET DU TRAVAIL EN ÉQUIPE

Le futur cuisinier (ou la future cuisinière) doit aussi avoir le goût du contact, tant avec le reste de l’équipe qu’avec sa hiérarchie, les fournisseurs et les clients de l’entreprise. Le travail de la restauration est presque toujours collectif, il faut donc savoir gérer les relations avec les autres, être fédérateur et posséder un esprit d’équipe. La cuisine, même si on la fait payer, est aussi affaire de générosité : comme le disait le célèbre gastronome Jean Anthelme Brillat-Savarin, « Convier quelqu’un, c’est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu’il est sous votre toit. ».

ÊTRE RIGOUREUX ET PRÉCIS

Rigueur, précision et organisation sont des qualités indispensables pour réussir dans la cuisine, domaine où l’erreur n’est pas permise. En effet, le verdict tombera immédiatement, de la bouche des clients. De plus, la gestion de la préparation et du service de plusieurs repas en même temps exige un grand sens de la hiérarchisation des tâches et de leur déroulé dans le temps.

ÊTRE UN FIN GOURMET DOUBLÉ D’UN ARTISTE DANS L’ÂME

N’oublions pas le principal : le professionnel de la cuisine est généralement lui-même un gourmet, et il doit en tout cas avoir la capacité d’apprécier si un mets ou un plat a le goût recherché. Si la maîtrise du classicisme gastronomique est indispensable, (l’un des grands classiques de Joël Robuchon est ainsi… la purée de pommes de terre) un zeste de folie ne saurait nuire.

Les professionnels les plus doués sont ceux aussi qui ont une âme d’artiste, et qui osent associer des textures et des saveurs jamais encore combinées. Ainsi, dans le cadre du festival des chefs « Taste in Paris », le chef colombien Juan Arbelaez, chef du restaurant Plantxa à Boulogne-Billancourt, a présenté un « paleron de bœuf confit avec amour, sardines fumées, crumble au café ». Le chef étoilé Ryuji Teshima, du restaurant parisien Pages, a réalisé un « Saint-Honoré légumier », et le chef étoilé Thibault Sombardier, du restaurant parisien Antoine, un « Saumon confit, betterave fumée, raifort et navet » tout aussi original.

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.