L’éducation bienveillante au service des métiers de la petite enfance

L’éducation bienveillante aussi appelée non violente, positive ou encore consciente est au centre de toutes les préoccupations. Parents et professionnels s’intéressent à cette méthode basée sur le respect mutuel. Vous êtes en train de passer votre CAP AEPE (Petite Enfance) ? Apprenez-en plus sur les principes de l’éducation bienveillante et sur son application dans les lieux d’accueil collectif !

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Les principes de l’éducation bienveillante

Qu’est-ce que l’éducation consciente ? Quels sont les objectifs de cette méthode d’éducation positive?

QU’EST-CE QUE L’ÉDUCATION BIENVEILLANTE ?

L’éducation bienveillante est une forme de communication non violente entre adultes et enfants. Elle est basée sur l’empathie et le respect de l’enfant qu’il faut considérer comme un individu à part entière. Elle consiste donc à modifier l’attitude du parent ou du professionnel envers l’enfant. En opposition à toute forme de violence (physique ou psychologique), cette manière d’éduquer prend en compte les besoins et émotions de l’enfant ainsi que son droit à les exprimer à sa manière.

À QUI S’APPLIQUE CETTE MÉTHODE ?

Cette « nouvelle » manière d’éduquer peut convenir aux bébés et enfants de moins de 6 ans dont vous aurez la charge. Elle s’applique aussi aux autres tranches d’âge comme les enfants en école élémentaire et les adolescents. Vous pouvez donc l’appliquer au sein du monde professionnel comme à votre domicile en tant que parents.

LES PRÉCEPTES DE BASE DE L’ÉDUCATION NON-VIOLENTE

L’éducation bienveillante prône la responsabilisation de l’enfant plutôt que sa soumission à une autorité. Son objectif est de mener à une certaine autodiscipline de la part de l’enfant basée sur sa compréhension des règles et non pas une obéissance pure et simple à l’adulte.

Savoir s’excuser, assumer nos responsabilités, aider l’enfant sans faire à sa place, sécuriser pour laisser plus d’autonomie sont autant de notions au cœur de l’éducation bienveillante. Si l’enfant se sent en confiance, compris et soutenu, son estime de soi n’en sera que renforcée et il s’ouvrira plus facilement à l’adulte en cas de besoin. Cette méthode d’éducation doit mener vers des rapports plus sereins et équilibrés au sein de la famille comme de la structure d’accueil de l’enfant (crèche, école, MAM…).

Conseils pour appliquer cette méthode en tant que professionnel

S’il existe de nombreux articles sur la mise en place de l’éducation bienveillante à la maison, très peu conseillent les professionnels de l’enfance sur le sujet. Vous êtes ATSEM en école maternelle, éducateur jeunes enfants ou assistante maternelle ? Cela vous concerne aussi !

L’apprentissage et la socialisation se font mieux quand l’enfant se sent bien. En général tout le monde est d’accord sur ce point. Cependant, comment le mettre en place lorsque l’on exerce l’un des métiers de la petite enfance ?

LA BIENVEILLANCE ÉDUCATIVE EN CRÈCHE

La crèche est le premier lieu de sociabilisation collective pour le jeune enfant. Il est important qu’il puisse s’y épanouir, apprendre et grandir en toute sérénité. C’est donc le lieu idéal pour mettre en pratique les principes de l’éducation bienveillante !

Pour accompagner au mieux l’enfant dans ses apprentissages, il faut donc respecter son caractère, ses choix et ses besoins. Adaptez vos postures et paroles aux spécificités de chaque enfant. Passer ses journées dans une structure d’accueil qui valorise ses bons comportements et progrès ne sera que positif pour son développement.

L’ÉDUCATION BIENVEILLANTE À L’ÉCOLE

L’enfant doit avoir une certaine liberté de parole et ne pas craindre de s’adresser au professionnel. Il est un élément à part entière de la vie collective (crèche, centre de loisirs, école…).

Pour résoudre un conflit on peut, par exemple, encourager au partage des émotions et à la participation de tous à la recherche d’une solution. Cela rassure les enfants, multiplie les échanges et dédramatise les disputes ou échecs. Sur ce dernier point il est aussi important de montrer à l’enfant qu’il est normal de se tromper, qu’on ne réussit pas toujours du premier coup. Il faut favoriser l’entraide et la communication, encourager les efforts et développer sa confiance en lui.

 

Les différentes méthodes éducatives vous intéressent ? Vous avez envie de vous pencher sur le sujet lors de votre formation en petite enfance ? Consultez également notre article sur la méthode Montessori !