pixel facebook

Préparer Noël en crèche ou MAM : bonne ou mauvaise idée ?

Vous êtes ATSEM, auxiliaire de crèche ou encore assistant(e) maternelle et vous adorez Noël ? À l’approche des fêtes, la question d’organiser des activités dédiées se pose et une interrogation émerge : doit-on préparer Noël dans les structures d’accueil des tout-petits ? En tant que professionnel de la petite-enfance vous devez appréhender tous les enjeux d’une célébration. Nous vous donnons quelques pistes à prendre en considération.

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Savoir respecter le choix des parents

Dans toutes les conversations, dans les médias, dans la rue ou autour de soi, chaque année dès mi-novembre, Noël est omniprésent. Or, Noël et tout ce qui l’entoure s’apparente à une fête d’origine païenne, imprégnée du sens qu’on veut bien lui donner. Fête religieuse, évènement convivial ou sans importance, sa conception varie en fonction des choix des parents qu’il faut savoir respecter.

Après avoir validé votre CAP Petite Enfance, vous aurez la charge des enfants, lorsque les parents seront absents. Vous contribuez à leur bon développement en proposant des activités et en travaillant conjointement avec leurs différentes éducations. Alors n’oubliez pas que votre rôle n’est pas de prendre des décisions à la place des parents, aussi bonnes soient vos intentions. Parce qu’après tout, permettre à ses enfants de fêter Noël ou non est avant tout une décision qui appartient à l’éducation.

Nous vous conseillons d’évoquer le sujet avec les parents lorsque vous préparerez le programme de l’année. Cela va vous permettre de considérer toutes les perceptions individuelles de cet événement.

(LE PÈRE) NOËL NE FAIT PAS TOUJOURS L’UNANIMITÉ

L’ethnicité, la religion, le milieu social et culturel peuvent expliquer l’absence de célébration de Noël dans certains foyers. Quelques méthodes d’éducation émergentes peuvent aussi le nuancer.

Ainsi, le mythe du Père-Noël serait à proscrire dans la méthode Montessori. Utilisé trop souvent comme une carotte (ou un bâton) par un grand nombre de parents, il contribuerait à altérer la confiance de l’enfant en ses parents. L’éducation bienveillante rejoint cette pédagogie en prônant la transparence et le respect de l’enfant, en toutes circonstances.

Enfin, la visite d’un étranger déguisé en vieux monsieur barbu est déconseillée. Elle peut déstabiliser les jeunes enfants et ainsi engendrer plus d’angoisse et de stress qu’une réelle satisfaction. La séparation avec les parents est parfois compliquée, l’établissement d’accueil doit rester avant tout un espace rassurant pour les 0 – 3 ans.

Adapter Noël à votre pédagogie

Décorer le sapin, emballer les cadeaux ou faire sa liste au Père-Noël sont autant d’ateliers propices au partage et à la convivialité. Mais qui peuvent être aussi excluants pour certains enfants si l’on ne cherche pas à s’adapter. Il s’agit pour vous professionnels de la petite-enfance, de bien choisir les activités !

Alors pourquoi ne pas prendre l’initiative d’imaginer quelque chose de différent ? S’il ne croule pas encore sous les décorations, le traditionnel sapin peut devenir le présentoir des créations des enfants :

  • dessins,
  • peintures,
  • modelages,
  • collages,

De même, sur le principe du calendrier de l’Avent, les tout-petits apprécieront d’apprendre différemment. Avec une expérience sensorielle différente à chaque ouverture de case par exemple, en pratiquant les us et coutumes des autres pays ou en reconstituant une histoire ou une chanson à mesure que les jours passent.

Enfin, pourquoi ne pas organiser un goûter géant avec les parents ? L’occasion est trop belle pour ne pas partager un moment tous réunis !

UN VRAI SENS POUR LES TOUT-PETITS ?

Les professionnels de la petite-enfance sont formels, en dessous de deux ans, les jeunes enfants ne peuvent pas donner de sens particulier à Noël.

Gardez en mémoire que les activités qui entourent ses préparatifs sont plutôt destinés à faire plaisir à l’adulte, ou à l’enfant plus âgé. Aussi, il est inutile de sacraliser l’évènement, préférez-lui des temps de convivialité et des disponibilités toute l’année.

Premier lieu de sociabilisation, la structure d’accueil des tout-petits (crèche, école, MAM…) est une porte d’entrée vers “l’autre” et l’inconnu. La fête de Noël en établissement est une bonne chose si elle s’accompagne de sens. Elle n’est pas obligatoire et doit respecter les croyances de chacun. La formation en petite enfance vous intéresse ? Bienveillance et empathie sont des compétences importantes pour exercer un métier de la Petite Enfance après l’obtention du CAP AEPE.