pixel facebook

Aide éducateur(trice) de la petite enfance (Aide EPE)

Aide éducateur-éducatrice de la petite enfance : définition

L’aide-éducateur, ou éducatrice, de la petite enfance accomplit des tâches diverses, qui peuvent avoir lieu dans une crèche, une halte-garderie ou une école maternelle.

Il peut aussi, plus rarement, travailler dans d’autres types d’établissement tels qu’une entreprise ou un hôpital.

On peut l’appeler parfois assistant(e) de la petite enfance, préposé(e) au programme d’éducation de la petite enfance ou encore éducateur-éducatrice au niveau préscolaire.

Aide éducateur-éducatrice de la petite enfance : les missions

L’aide éducateur-éducatrice a pour caractéristique de devoir être très polyvalent, afin d’assister au mieux le personnel éducatif de la structure dans laquelle il travaille. Généralement il est titulaire d’un CAP Petite Enfance.

Voici une liste non exhaustive de ses missions :

  • aider les enfants à s’habiller et se déshabiller, lors des siestes et des récréations ;
  • les aider à aller aux toilettes, pour les plus petits ;
  • s’assurer de leur hygiène, en veillant notamment à ce qu’ils se lavent les mains ;
  • participer à l’administration des repas et collations ;
  • organiser des activités d’animation et pédagogiques à destination des enfants dont il ou elle a la charge ;
  • raconter des histoires aux enfants ;
  • leur chanter des chansons, et leur en faire chanter ;
  • rédiger des observations concernant les enfants, et en faire part à ses collègues et à sa hiérarchie ;
  • participer aux réunions d’équipe, et y exposer ses remarques concernant les progrès effectués par les enfants ou les difficultés rencontrées par ceux-ci ;
  • être constamment disponible pour un dialogue avec les parents, les collègues et la direction de la structure ;
  • savoir évaluer son travail et faire évoluer celui-ci ;
  • participer au rangement et à l’entretien du matériel et des locaux.

DEMANDEZ UNE

DOCUMENTATION

GRATUITE

Formation CAP Petite enfance

Votre téléphone n’est pas valide.

Ou appelez le 01 71 18 23 97 Test gratuit de la formation pour toute demande de documentation

La définition officielle de la profession et du contexte

« L’éducateur de jeunes enfants exerce une fonction d’accueil des jeunes enfants et de leurs familles dans les différents établissements et services pouvant les recevoir. Les missions qui lui sont confiées sont en constante mutation, du fait des évolutions sociales, mais aussi du fait des politiques nationales et locales qui jouent un rôle fondamental dans la mise en place des modes d’accueil Petite Enfance.

L’éducateur de jeunes enfants est un travailleur social spécialiste de la petite enfance. Ses fonctions se situent à trois niveaux : éducation, prévention, coordination. Il s’attache à favoriser le développement global et harmonieux des enfants en stimulant leurs potentialités intellectuelles, affectives, artistiques. En créant un environnement riche et motivant, il contribue à leur éveil et à leur apprentissage à la vie sociale.

Le rôle de l’éducateur de jeunes enfants est défini par :

  • la prise en charge du jeune enfant dans sa globalité en lien avec sa famille : ce qui suppose une éthique irréprochable, des connaissances et des techniques spécifiques. Cela entraîne, en outre, un travail en équipe, l’élaboration, la mise en œuvre, l’évaluation des projets éducatifs et sociaux et la contribution au projet d’établissement et de service ;
  • un positionnement particulier dans le champ du travail social : spécialiste de la petite enfance, il a pour mission d’adapter ses interventions aux différentes populations, de lutter contre les risques d’exclusion, de prévenir les inadaptations socio-médico-psychologiques. Il crée un environnement permettant la construction de liens sociaux et un accompagnement de la fonction parentale. Pour accomplir ses missions, il est amené à développer des partenariats avec les professionnels du champ sanitaire, social et de l’éducation nationale ;
  • une fonction d’expertise éducative et sociale de la Petite Enfance : il est acteur des politiques sociales territoriales. Il formule et recense les besoins en modes d’accueil, développe concertation et partenariats locaux ». » (Arrêté du 16 novembre 2005, article 1)

Les compétences requises pour être un bon assistant éducateur- éducatrice à la petite enfance

Plusieurs qualités sont nécessaires pour exercer ce métier :

  • le goût pour le travail au contact de la petite enfance ;
  • une bonne forme physique et une grande patience ;
  • une bonne connaissance des caractéristiques et de l’évolution physiologiques et psychiques des enfants de 2 à 6 ans ;
  • une connaissance exacte des normes d’hygiène et de sécurité en vigueur dans l’établissement et le souci constant de les faire respecter ;
  • une capacité à jouer avec les enfants et à les intéresser à toute sorte d’activité ;
  • une capacité à parler aux enfants, et éventuellement à les consoler ;
  • une compétence organisationnelle, pour la planification d’un programme quotidien d’activités ;
  • un vrai sens du travail en équipe, car le travail dans ce type de structures est fondamentalement collectif ;
  • une connaissance des signes de détresse physique et morale des enfants en bas-âge, permettant un repérage de l’enfant en difficulté, et un signalement à la direction de la structure, qui pourra éventuellement faire un signalement aux services sociaux ;
  • une connaissance des premiers soins à administrer en cas d’urgence ;
  • des compétences artistiques minimales, permettant d’organiser des activités d’éveil adaptées et ambitieuses.
aide epe

EPE : témoignage vécu

Emilie, éducatrice de jeunes enfants (le stade qui succède naturellement au statut d’aide EPE), témoigne de son expérience dans une interview :

D’où t’es venue l’envie de travailler dans le social ?

Devenir éducatrice de jeunes enfants (EJE) est le fruit d’une longue réflexion depuis le collège. Le désir de me former à un métier du secteur social a rapidement été là, j’ai obtenu mon bac ES, mais j’ai ensuite hésité entre plusieurs fonctions : éducateur spécialisé ? Éducateur de jeunes enfants ? J’ai finalement opté pour une formation autour de l’enfant : son développement et son cheminement vers l’adolescence me passionnait. Pour moi, il était essentiel de partir du commencement. Autrement dit, approfondir tous les stades de développements : moteur, psychologique, sensoriel, affectif, etc.

 

Tu es pro depuis un peu plus de 2 ans, quel regard portes-tu sur ton métier ?

Je suis professionnelle depuis Mai 2012, j’ai intégré une crèche sociale dans un quartier du 92. Cette structure permet aux familles précaires de s’insérer professionnellement et socialement. Le métier d’EJE est dynamique, nous sommes toujours en mouvement, cérébral comme physique. Les divers problèmes, quels qu’ils soient, animent le quotidien. Sans cela nous ne servons à rien et le métier serait ennuyant. Je ne m’étais pas fait une image parfaite du métier. Nous l’apprenons en centre de formation, mais beaucoup d’étudiants prennent conscience de cela après, en étant sur le terrain. Ils prennent alors leur poste comme une désillusion et changent de branche. Malheureusement, il faut y être préparé. Nous sommes tous les jours entourés (d’humains !) et il faut savoir gérer. Se gérer soi-même, mais aussi savoir manier la communication interne et externe. Pouvoir s’adapter à chaque individu, chaque caractère, chaque humeur du jour. Nous sommes des repères pour les équipes, pour les parents et les enfants. Et nous sommes le relais de la direction. C’est un métier à plusieurs casquettes où nous devons être capables de nous remettre en question. Ce n’est pas facile tous les jours, mais il y a une certaine satisfaction à voir évoluer chaque membre d’une équipe, chaque enfant et d’apprendre au quotidien sur soi.

 

Raconte-nous une journée type…

Chaque jour ne se ressemble pas. Il y a bien évidemment une journée type que l’on suit pour donner des repères aux enfants. Mais il faut être souple et toujours s’adapter aux différents évènements qui animent la journée (pluie, soleil, maladie, fatigue, excitation, absence…). Pour ma part, en tant qu’EJE, je ne suis pas affiliée à une section. Je tourne toutes les semaines dans les 3 sections de la crèche. Le matin alors je prends le temps d’accueillir les familles qui ont des questions. Je prends le relais de la direction qui n’est pas encore arrivée. Je prends les messages importants et règles quelques soucis de « paperasse ». Ensuite en section j’observe, et participe à mettre en place des activités. Je peux être amené à détecter des maladies ou maux divers des enfants, telle que la varicelle. A la suite de mes observations et des questions de l’équipe je mets en place et conduis une réunion à thème par semaine. Les après-midis je peux parfois me détacher pour travailler sur mes observations ou sur un éventuel projet (exemple : le partenariat avec la médiathèque de la ville…) et autre. Mes journées sont assez chargées, surtout lorsque la direction n’est pas présente. Il faut que je gère la crèche, ce qui n’est pas de tout repos.

 

Les qualités selon toi pour exercer ce métier ?

Être éducateur de jeunes enfants n’est pas un métier facile, cependant comme tout le reste… Pour ce métier, et supporter le quotidien ainsi que tous les acteurs de ce dernier, je pense qu’il faut une certaine maturité. Pouvoir se remettre constamment en question, de prendre les autres en considération sans jugement et avec perspicacité. Bien évidemment, être patient, ne pas vouloir rapidement et immédiatement des résultats. Car ce que l’on met en place avec les équipes peut ne pas fonctionner, et il faut alors retourner en arrière, oser et ne pas avoir peur d’échouer. Échanger, communiquer. Cela est essentiel pour ce métier. Nous ne pouvons rien faire seul. Écouter, être ouvert. Certains oublient que plusieurs idées, bonnes ou mauvaises, font bon ménage. L’éducateur doit être capable de dynamiser un groupe, de soutenir toutes les idées pour pouvoir en faire quelque chose. C’est travailler ensemble. » (source : « Emilie, éducatrice de jeunes enfants », supsante.com, 19/12/2014)